BCF augmente sa production de 20 % par an


Extrait du Ouest France du 27/10/20108

L’entreprise a reçu hier la visite de trois ministres, dont Muriel Pénicaud. C’est là qu’a été signé le contrat stratégique de filière « Chimie et matériaux ».

« C’est la première fois qu’on reçoit des ministres… » glisse une salariée de BCF Life Sciences. Du coup, petit briefing avant que le cortège officiel arrive, vers 10 h. « Mettez-vous là, au premier rang. Les ministres vont arriver par ici. » Muriel Pénicaud, ministre du Travail salue le maire de Pleucadeuc, les élus locaux, les salariés. Les secrétaires d’État Brune Poirson (Écologie) et Agnès Pannier-Runacher (Économie) lui emboîtent le pas. Tout ce beau monde se met en blouse et se coiffe de charlottes et casquettes.

Toute une technique

Les ministres ont découvert que le site dispose d’une tour d’atomisation, de cristalliseurs, filtres sécheurs, etc. Au-delà des questions très techniques, elles s’intéressent aussi aux divers débouchés, aux conditions de travail, aux efforts en matière de consommation d’énergie. Dans son discours, Brune Poirson insiste d’ailleurs : « Même si les deux secteurs [chimie et écologie] se sont longtemps regardés en chiens de faïence, il faut que le développement de vos technologies de pointe participe à la transition énergétique. »

Où sont les femmes ?

Si elles sont plus que bien représentées ce vendredi parmi les ministres, « combien de femmes salariées à BCF ? » demande Muriel Pénicaud. Elles sont 15 %, « principalement dans les contrôles qualité, l’équipe support. Et trois sur dix dans le comité de direction » précise le président Jacques Pidoux.

En quelques chiffres

BCF travaille à 60 % à l’export, notamment vers le Japon, mais aussi l’Europe, l’Amérique du Nord, l’Asie du Sud-Est. La production actuelle est d’environ 5 000 tonnes de poudres par an, « soit +20 % par an », soulignent les directeurs. En 2018, les quelque 4 millions d’investissement ont porté sur « la qualité, l’ergonomie et les économies d’énergie ». BCF tourne sans relâche avec deux équipes de jour, une de nuit et deux de week-end.

La chimie « est partout »

Pascal Juéry, président de France Chimie, organisation des professionnels de l’industrie de la chimie, est à l’initiative de cette venue ministérielle à BCF. Il y a rappelé que « la chimie est partout : dans l’aéronautique, l’automobile, l’énergie renouvelable, la pharmacie, la communication, l’emballage… Si vous avez un smartphone dans la poche, c’est grâce à la chimie. »